L’autoconsommation électrique

L’autoconsommation électrique est l’utilisation de sa propre production d’électricité. Nous nous intéresserons dans cet article à l’autoconsommation photovoltaïque. Selon une étude menée par Enedis, nous serions plusieurs millions concernés d’ici 2035.

Qu’est-ce que l’autoconsommation photovoltaïque?

C’est la consommation, sur place, de l’électricité produite à partir de l’énergie solaire issue de panneaux photovoltaïques. Grâce à ce type d’énergie abondant et local, on peut réduire sa dépendance au réseau nationale d’électricité. Concrètement, les panneaux photovoltaïques sont raccordés à des onduleurs. Ils permettent de transformer le courant continu produit par ces panneaux en courant alternatif que l’on utilise chez soi. Puis le compteur Linky vous permettra de voir votre production et votre consommation.

Afin d’obtenir un rendement de production efficient, les panneaux photovoltaïques doivent pouvoir capter les rayons du soleil de manière optimum. Pour se faire plusieurs critères doivent être prisent en compte concernant les panneaux :

  • l’exposition (fuir le nord)
  • le dégagement (éviter toute zone d’ombre durant toute la course du soleil)
  • l’inclinaison (30°)
  • la propreté des panneaux (perte de 20% de production)

Les avantages de l’autoconsommation

Les avantages sont nombreux. Tout d’abord, la réduction de votre facture d’électricité. Par la consommation de votre propre énergie, la revente du surplus de votre production et votre consommation plus raisonnée. Cette pratique permet aussi d’utiliser une énergie renouvelable et locale. Il y a également un autre intérêt, qui est celui de la prime à l’autoconsommation. Vous bénéficierez aussi d’une installation à un taux de TVA à 10%. Et pour finir, moins de dépendance à un fournisseur d’électricité.

Comment bien auto-consommer ?

Le but est de synchroniser : production et consommation. Il faut alors modifier ses habitudes de manière à consommer au maximum dans la journée . Le recours à des gestionnaires d’énergie vous permettra de déclencher des éléments énergivores lorsque les panneaux photovoltaïques produiront.

Pour être encore plus autonome

Pour plus d’autonomie, vous pouvez compléter votre système avec des batteries.

Batterie au lithium pour autoconsommation

En effet, les batteries au lithium permettent d’accumuler le surplus d’énergie en journée, afin de l’utiliser en soirée ou lorsque les besoins en électricité sont plus élevés (éclairage, chauffage, cuisson…).

Ce système permet de pallier à certaines problématiques telles que des coupures d’électricité ou encore alimenter des sites isolés.

Le gestionnaire d’énergie photovoltaïque

Le gestionnaire d’énergie photovoltaïque est un appareil indispensable pour optimiser votre installation d’autoconsommation d’énergie photovoltaïque et votre suiveur solaire Tournesol.

Comme vous le savez, les panneaux photovoltaïques ont besoin d’ensoleillement pour produire de l’énergie. Cependant, l’énergie solaire n’étant pas disponible vingt-quatre sur vingt-quatre sauf vous pouvez disposez d’un système de stockage par des batteries au plomb ou encore au lithium. Cette solution, très utile, peut en l’occurrence faire gonfler le coût de votre installation. Dans certains cas l’électricité produite est réinjectée gratuitement sur le réseau ou revendue à un fournisseur d’énergie, à un tarif inférieur à votre tarif d’achat du kilowattheure.

Qu’est ce qu’un gestionnaire d’énergie photovoltaïque ?

Afin de maximiser votre taux d’autoconsommation pendant les périodes de forte productivité d’énergie photovoltaïque, comme un ensoleillement maximum : les gestionnaires d’énergie photovoltaïque vont vous permettent de piloter votre installation électrique. La gestion sera automatique et à distance à l’aide d’applications smartphone, tablette …

Pour une maison intelligente 

Vous allez ainsi pouvoir enclencher votre production d’eau chaude, votre électroménager (four, lave linge, lave vaisselle…) ,votre pompe à chaleur. Ou encore la pompe de la piscine et n’importe quelle source d’énergie via une prise de courant électrique. Vous pourrez donc aussi enclencher le chargeur de votre voiture électrique par exemple.

Quels sont les gestionnaires d’énergie photovoltaïque présents sur le marché ?

Il existe de nombreux acteurs sur le marché des gestionnaires d’énergie renouvelable à des coûts très différents. De quelques centaines d’euros  pour les plus simples et à des tarifs plus élevés pour les plus sophistiqués.

Aujourd’hui, nous n’avons pas de partenariat privilégié avec ceux-ci donc nous vous avons préparé une liste non exhaustive des différents systèmes. Pour vous aider dans votre recherche et afin que vous puissiez vous faire votre propre idée. Sachez tout de même que simplicité est souvent gage d’efficacité et que tout dépendra aussi de la puissance crête installée de votre système photovoltaïque. Le but étant toujours le même: consommer un maximum de votre propre production d’électricité solaire.

Vous trouverez ci-dessous différents fabricants de gestionnaire d’énergie photovoltaïque spécialisés dans l’autoconsommation :

gestionnaire d'énergie photovoltaïque Elios4you.
Gestionnaire d’énergie photovoltaïque Elios4you
Gestionnaire d'énergie photovoltaïque de la marque Comwatt.
Le gestionnaire d’autoconsommation de chez Comwatt.

La mise en place et le raccordement des différents systèmes ci-dessus est très souvent relativement simple. Et elle ne nécessite pas forcément l’intervention d’un technicien. De plus, la plupart des modules sont équipés du wifi et les applications pour les piloter sont en général gratuites et sans abonnement.

Nous espérons que cet article aura pu vous aiguiller dans votre choix et les différentes possibilités d’installations que votre démarche soit écologique ou et économique.

L’équipe Tournesol reste à votre disposition pour toutes questions complémentaires afin de vous apporter les solutions les plus adaptées à vos besoins.

Le salon de l’habitat des Herbiers (85500) c’est bientôt !

L’équipe Tournesol aura le plaisir de vous accueillir au salon de l’habitat & déco des Herbiers (Parc des expositions « Les ateliers ») du 14 février au 16 février 2020.

Salon de l'habitat des Herbiers du 14 au 16 février 2020.
Salon de l’habitat des Herbiers 2020

Venez découvrir sur le stand, notre Tournesol, suiveur solaire 2 axes 4 panneaux photovoltaïques, grandeur nature! Nous serons à votre disposition pour discuter de votre projet d’autoconsommation. Nous nous ferons un plaisir de répondre à vos questions d’ordre techniques sur les suiveurs solaires à savoir : l’ installation, la production, le fonctionnement, l’entretien, le coût, la différence entre Tournesol et des panneaux fixes sur un toit…Mais aussi vous orienter sur une solution adaptée de production d’énergie verte.

Le salon sera aussi l’occasion d’y découvrir des ateliers: cuisine et bien-être. Parmi la centaine d’exposants vous trouverez tout pour votre aménagement intérieur : ameublement, décoration, …et pour vos projets de construction ou rénovation.

L’entrée est gratuite. Nous vous accueillerons dès le vendredi 14 février 2020 à 14h00 jusqu’à 19H00. Puis le samedi 15 et le dimanche 16 février de 10h00 à 19h00.

Rendez-vous au stand 64/65 !

Les panneaux photovoltaïques

Qu’est ce qu’un panneau photovoltaïque ?

Un panneau photovoltaïque est un assemblage de cellules photovoltaïques

Les panneaux photovoltaïques sont un assemblage de cellules photovoltaïques. Le composant principal est le silicium (extrait de la silice, très présente sur la planète). Deux électrodes sont positionnées de part et d’autre de ce silicium.

Silicium présent dans les cellules des panneaux photovoltaïques
Silicium présent dans les cellules des panneaux photovoltaïques

C’est Charles FRITTS, en 1883, qui a fabriqué la première cellule photovoltaïque. Il utilisait l’or et le sélénium (matériaux très coûteux). Le rendement était inférieur à 1%  !

Les deux principaux types de cellules photovoltaïques 

Premièrement, la cellule monocristalline est la plus performante (14 à 19%), de couleur foncée presque noire, la mieux adaptée aux rayonnements directs de la lumière et du soleil, mais plus onéreuse.

Panneau photovoltaïque composé de cellules monocristalline
Panneau photovoltaïque composé de cellules monocristalline

Deuxièmement, la cellule polycristalline. Elle est de couleur bleue et a un rendement moins bon que la cellule monocristalline. Elle est bien adaptée à la lumière ambiante et à une orientation imparfaite, elle est moins onéreuse que la cellule monocristalline.

Pour nos trackers solaires deux axes 4 panneaux et deux axes 15 panneaux, nous avons choisi les panneaux monocristallins

Ces cellules sont assemblées en panneaux de différentes puissances et de différentes tailles. Aujourd’hui, un panneau « standard » a une dimension d’1,69 mètre x 0,98 mètre. Il est composé de 60 cellules et a une puissance de 300 Wc. Cependant, ce standard évolue vers des panneaux légèrement plus larges (1,046 mètres) dû à l’augmentation de leur puissance et du nombre de cellules (72 au lieu de 60). Nous commençons à trouver, chez les fabricants, des panneaux photovoltaïques d’une puissance  supérieure à 300 Wc, voire 360 Wc.

Le coût d’un panneau photovoltaïque est non négligeable, d’ailleurs, plus il est important plus il sera performant et sa durée de vie sera longue, supérieur à 30 ans… Ensuite, l’énergie fournit sera gratuite, sans maintenance  et sans pollution… Ceux qui participent à cet effort ont une démarche écologique et responsable pour la planète !

Le fonctionnement des panneaux photovoltaïques 

Les cellules photovoltaïques exposées au rayonnement solaire produisent de l’électricité, la production est proportionnelle à la puissance lumineuse et à l’ensoleillement.

Alors pour adapter la production d’énergie électrique à vos besoins, il suffit d’augmenter le nombre de panneaux photovoltaïques.

Par exemple :

Si la puissance nécessaire à vos besoins est de 6 000 Wc (6 KWc) vous devez installer, sur votre toit, 20 panneaux de 300Wc, soit environ une surface photovoltaïque de 35 m².

L’utilisation d’un tracker solaire (ou suiveur solaire) de 15 panneaux photovoltaïques peut également couvrir le besoin ci-dessus :

Suiveur solaire de 15 panneaux photovoltaïques.
Suiveur solaire de 15 panneaux photovoltaïques.

15 panneaux photovoltaïques de 300 Wc plus 40% de production grâce au suivi du soleil, cela donne une puissance totale de 6 300 Wc  soit une puissance supérieure de 300 Wc, avec 5 panneaux en moins.

Puis, le courant produit par les panneaux est du courant continu. Suivant l’installation, la tension de sortie peut être de 12 V, 24V ou 48 V. Enfin, pour obtenir ces différentes tensions, il faut « jouer » sur la mise en parallèle et la mise en série des panneaux photovoltaïques.

Enfin, le réseau électrique Français est en courant alternatif de 230 Volt, pour brancher les panneaux photovoltaïques sur le réseau, il faut utiliser un onduleur ou micro-onduleur qui transformera le courant continu en courant alternatif en 230 V.

Le recyclage des panneaux photovoltaïques 

Le photovoltaïque, une énergie pas si verte que ça ? FAUX. Aujourd’hui il faut moins de 2 ans à un panneau photovoltaïque pour restituer l’énergie qui a été utile  à  sa fabrication.

Durant  ces dernières années, la filière du photovoltaïque a beaucoup progressée en ce qui concerne le recyclage. Certains panneaux, appelés silicium cristallin, sont même recyclable à 100% !

En Juillet 2018, l’usine du Rousset, qui fait partie du groupe Veolia, est la première du genre en Europe. C’est au sein de cette infrastructure, basée près d’Aix en Provence, qu’on recycle aujourd’hui tous les panneaux photovoltaïques. Auparavant ils étaient envoyés en Belgique.

La première usine de recyclage de panneaux photovoltaïques en Europe.
La première usine de recyclage de panneaux photovoltaïques en Europe.

Comme nous l’avons décrit plus haut, différents matériaux composent les panneaux photovoltaïques, et ils sont recyclables (le cadre en aluminium, le boitier électrique, les câbles en cuivre, le verre, le plastique, les cellules). Une fois purifié le silicium sert de silicium métal. Puis on obtient de la laine de verre ou de l’abrasif grâce au fer contenu dans le verre solaire.

En 2017, cette usine a récoltée près de 2400 tonnes de panneaux solaire. Une fois pesé le panneau subit un décadrage : on lui retire alors son cadre en aluminium, son boitier électrique et ses câbles. Puis, le panneau est débité en petite tablette. Enfin, les différents éléments sont triés, on extrait alors les métaux, un tri optique est réalisé ce qui permet d’obtenir un verre pur.

Pour résumer, le recyclage des panneaux photovoltaïques permet de récupérer 75% du verre, 10% de plastique et 10% du silicium et des métaux, soit près de 95%.

Avantages des panneaux photovoltaïques sur un suiveur solaire 2 axes

Intéressons nous aux 3 dispositifs d’installation des panneaux photovoltaïques: tout d’abord sur une toiture, puis positionnés au sol et enfin disposés sur un suiveur solaire 2 axes (appelé aussi tracker solaire ou solar tracker).

Les panneaux photovoltaïques sur une toiture 

  • les panneaux n’ont pas toujours une bonne orientation, la maison est souvent déjà construite et le toit peut ne pas avoir la meilleure exposition (face au sud) ni la meilleure pente (l’inclinaison doit idéalement être de 30°). Il est relativement aisé d’augmenter la pente mais impossible de la diminuer !
  • l’espace entre la toiture et les panneaux est faible, quelques centimètres (hauteur du profilé support de panneaux). Par forte chaleur, la ventilation n’étant pas suffisante, l’augmentation de la température crée une perte de production importante : 0,5% par degré au-dessus de 25°. Soit pour une température de 85° une perte de 30% de production. Cette température est facilement atteinte dès 30 à 35° voir « energiedouce.com ».
  • Les zones d’ombres ne peuvent pas être facilement maîtrisées : grands arbres à proximité, poteaux électrique / téléphonique etc.
Panneaux photovoltaïques installés sur le toit d'une maison individuelle
Panneaux photovoltaïques installés sur le toit d’une maison individuelle
  • Les personnes électro-sensibles peuvent être gênées par les ondes électromagnétiques, produites par les panneaux photovoltaïques installés au-dessus des pièces de vie.

Les panneaux photovoltaïques au sol

  • Facilité du choix de l’orientation (180°).
  • Possibilité de régler manuellement l’inclinaison suivant les saisons.
  • Meilleur ventilation, par rapport à une installation sur un toit.
  • Pas de gêne avec les ondes électromagnétiques.
  • Zones d’ombres plus facilement maîtrisées, choix de l’emplacement.

Les panneaux photovoltaïques sur un suiveur solaire deux axes 

4 panneaux photovoltaïques positionnés sur un suiveur solaire 2 axes
4 panneaux photovoltaïques positionnés sur un suiveur solaire 2 axes
  • Les panneaux photovoltaïques suivent le soleil en permanence avec un angle de 90°, pour un maximum de rendement. Voir notre vidéo de la course du soleil.
  • Augmentation de la production de 40 à 60 % suivant les saisons.
  • Aucun problème de ventilation !
  • Choix de son emplacement pour éviter les zones d’ombres.
  • Les ondes électromagnétiques restent loin des habitations.
  • Si le sol le permet, la dalle béton est remplacée par une croix en acier inoxydable fixée sur cinq vis de fondation. La force à l’arrachement, par vis, dans un sol terreux est de 3 tonnes.
Croix inox maintenue par des vis pour installer un suiveur solaire 2 axes
Croix inox maintenue par des vis pour installer un suiveur solaire 2 axes
  • L’été, par un beau soleil et une forte température, le gain de production peut atteindre 90%, de plus que des panneaux photovoltaïques installés sur un toit.

Article rédigé par Serge TOUBLAN

2020 : 40 nouveaux modèles de voitures électriques

Pour rester dans la compétition, les constructeurs n’ont pas d’autres choix que de présenter de nouveaux modèles de voitures électriques. Si quelques unes suffisaient à contenter les 31 000 acquéreurs de ce type de voiture en 2018, il en est autrement aujourd’hui. En France, sur les 11 premiers mois de l’année 2019, les véhicules électriques n’ont représentés qu’un peu moins de 2% des ventes de voitures neuves. Cependant, sur le premier semestre 2019 la part de marché des voitures électrique a progressée de 46%.  Les demandes accroissent et les offres se multiplient. Elles s’adressent à un public plus large, les looks sont plus travaillés et ressemblent aux véhicules thermiques. Enfin, l’autonomie devient plus grande et suffisante pour les trajets quotidiens.

Les voitures électriques attendues en 2020

Les citadines

La Peugeot e-208, l’Opel corsa e, la Renault Zoé, l’Honda e, la Mercedes EQA, la Mini Cooper SE, la Seat Mii Electric, la Skoda CITIGO e iV et la Volkswagen e-Up!.

Nouvelle voiture électrique chez Fiat. La version de la Fiat 500 électrique : 200 km d'autonomie, capacité de la batterie 30 kWh, à partir de 25000€.
Nouvelle voiture électrique chez Fiat. La nouvelle version de la Fiat 500 électrique : 200 km d’autonomie, capacité de la batterie 30 kWh, à partir de 25000€.

Les berlines

La Citroën C4 Avarvarii, la Hyundai IONIQ Electric, la Nissan Leaf et la Seat El-Born.

Les SUV

Le Peugeot e-2008, l’Opel Mokka-x-e, le BMW iX3, le Tesla Roadster, le DS3 Crossback E-Tense, l’Audi e-tron, le Ford Mustang Mach-E, le Mazda MX-30, le MG ZS EV, le Skoda Vision iV et le Volkswagen ID Crozz.

Nouveau modèle de voiture électrique chez Peugeot. Avec les mêmes éléments techniques que la Peugeot 2008, le Peugeot e-2008 se présente sous un SUV: 310 km d'autonomie, capacité de batterie de 50kWh, à partir de 38 000 €.
Un nouveau modèle électrique de chez Peugeot. Avec les mêmes éléments techniques que la Peugeot 2008, le Peugeot e-2008 se présente sous un SUV: 310 km d’autonomie, capacité de batterie de 50kWh, à partir de 38 000 €.

Les prestiges

L’Aston Martin Rapide E (future voiture de James Bond) , la Mercedes Van EQV, la Porsche Taycan, le Volvo Polestar, la BMW S et le Volvo XC40.

Nouveau modèle de voiture électrique chez Audi. Avec une longueur de 4,59 m, il vient se placer entre le Q3 et le Q5 de la gamme actuelle : 425 Km d'autonomie, 83kwh de capacité de batterie, à partir de 60 000€.
Un des nouveaux modèles électrique de chez Audi. Avec une longueur de 4,59 m, il vient se placer entre le Q3 et le Q5 de la gamme actuelle : 425 Km d’autonomie, 83kwh de capacité de batterie, à partir de 60 000€.

L’autonomie des voitures électriques

L’autonomie d’une voiture électrique qui est homologuée est mentionnée par « WLTP ». C’est-à-dire Worldwide harmoniezd Light vehicles Test Procedures (ces tests révèlent la consommation et l’autonomie). Si le sigle WLTP n’apparait pas, l’autonomie est indiquée avec la mention « estimation ».

Le coût des automobiles électriques versus automobiles thermiques

Aujourd’hui un véhicule électrique reste plus onéreux à l’achat qu’un véhicule thermique mais à l’usage c’est bel et bien les électriques qui l’emportent ! En effet, l’électricité est moins taxée et moins chère que le diesel ou l’essence.

« D’après nos mesures ISO 9001, malgré ses 204 ch, un Kona Electric vous coûtera à peine plus de 2,5 € tous les 100 km, au lieu de 8,5 € pour une version diesel 115 ch ou 11,5 € avec le trois-cylindres turbo-essence de 120 ch« . 

Automobile magazine

De plus, n’oublions pas que l’entretien d’une voiture électrique est beaucoup moins coûteux.

La recharge des voitures électriques, où ça se passe ?

Recharger sa voiture électrique à domicile 

95% des utilisateurs de voitures électriques la rechargent à domicile. Il existe deux modes de recharge chez soi, à l’aide d’une prise standard ou avec une wallbox. Sur une prise domestique standard il suffit de brancher le câble fourni avec la voiture. Avec cette option, qui est la plus économique, il est conseillé de faire vérifier son installation électrique par un professionnel pour éviter tout risque d’échauffement. En effet, un courant continue sera sollicité pour recharger votre voiture durant de longues heures. Cependant, une grande majorité des constructeurs recommandent d’utiliser une wallbox. Celle-ci permet une charge plus rapide, grâce à un courant de 16A contre 8 à 10 pour la prise standard. La recharge serait donc plus sécurisée. Pour vous équiper il vous faudra débourser entre 500 € et 1200 €.

La recharge de votre voiture électrique peut également se faire par une solution propre, l’énergie solaire par exemple. Tournesol notre suiveur solaire vous permettra de recharger en partie la batterie de votre voiture. Et donc de réaliser des économies tout en préservant notre planète.

Recharger sur les bornes publiques 

L’application mobile ChargeMap répertorie toutes les bornes publiques. Ce mode de recharge représente  5% à 10 %. Pour la majorité de ces bornes elles sont accessibles grâce à une carte préalablement demandées aux collectivités ou commerces.

Le bonus écologique à l’achat de voitures électriques

Les nouveaux plafonds du bonus écologique seront applicables à partir du 1er janvier 2020. Ces aides seront fixées en fonction du prix de vente des automobiles électriques. Les modèles haut de gamme, supérieur à 60 000 € ne seront pas concernées par une aide financière.

Les acheteurs de véhicules électriques compris entre 45 000 € et 60 000 € se verront diminuer de moitié l’aide attribuée.

Enfin, la subvention de 6 000 € distribuée aux acquéreurs de voitures de moins de 45 000 € est maintenue. Ce qui signifie que la Leaf de chez Nissan ou la Zoe (les modèles les plus vendus aujourd’hui) restent concernés par le bonus à l’achat.

Alors, êtes-vous prêt à participer à la révolution verte ?

De panneaux photovoltaïques dans l’espace !

Le soleil est une source inépuisable d’énergie et qui plus est une énergie propre. . L’Académie Chinoise de Technologie Spatiale a imaginée mettre en orbite autour de la terre 6 centrales de panneaux photovoltaïques. Leur projet futuriste verrait le jour en 2035.

La centrale solaire

Installée à 36 000 km du sol terrestre, chaque centrale produirait 5 gigawatt. C’est la capacité de production pour alimenter une ville d’un million d’habitants. Il serait donc nécessaire d’installer 5 à 6 Km² de panneaux photovoltaïques. La centrale captera l’énergie solaire qui se perd avant d’arriver sur la surface de la terre.

De l’énergie solaire captée par des panneaux photovoltaïques positionnés dans l’espace, envoyée sur terre pour être transformée en électricité.

Comment sera envoyée l’énergie ?

L’énergie sera alors transformée en laser ou micro-ondes puis transmise directement sur notre planète. Des stations terrestres seront équipées d’antennes qui recevront cette énergie pour la transformer en électricité. La centrale pivoterait à la même vitesse que la terre et restera donc au-dessus d’une même zone.

Un énergie efficace et durable

La Chine a du chemin à faire concernant sa manière de consommer puisque aujourd’hui  80% de sa production d’électricité est issue du charbon.

« L’énergie solaire spatiale sera plus efficace et durable, permettant d’apporter une solution d’approvisionnement énergétique fiable pour les satellites et les zones touchées par une catastrophe ou les zones isolées sur la Terre ».

M.Wang Li chercheur de l’Académie Chinoise de Technologie Spatiale.

Des tests pour valider le projet

Pour la recherche sur la transmission d’énergie sans fil, la Chine développe une base d’essai à Bishan, situé dans le sud-ouest. On y étudiera également, l’impact sur l’environnement de ce nouveau procédé de diffusion. Les chercheurs travaillent aussi, sur un moyen d’envoyer dans l’espace tous ces panneaux photovoltaïques puisqu’ils représentent 10 000 tonnes, soit un poids de 25 fois supérieur à la station spatiale internationale.

C’est peut-être grâce à l’impression 3D et à un système robotique que la station pourra voir le jour. Afin de confirmer des choix, dès 2021, des petites centrales solaires pourraient être envoyées dans l’espace.

Un pas de plus vers l’écologie !

Soyons encore plus écologique et respectueux de notre environnement ! La société Tournesol a un nouveau produit pour fixer son suiveur solaire:une croix en acier inoxydable ! Ce système permet de remplacer la dalle béton, qui supporte le mât portant les 4 panneaux solaires.

Comment est fixée la croix ?

Par 5 vis de fondation d’un diamètre de 90 mm et d’une longueur de 1 250 mm « vissées » dans le sol. La croix est constituée de quatre branches d’une longueur de 900 mm chacune. C’est sur les branches que nous viendront fixer le mât de notre suiveur solaire « Tournesol ».

Croix en acier inoxydable pour fixer notre suiveur solaire
Croix en Acier inoxydable
Mât installé sur la croix
Mât installé sur la croix

Un système plus respectueux

Ce système est plus écologique que la dalle béton. En effet, il faut prendre en compte l’empreinte écologique du béton c’est à dire son émission de CO2 par l’acheminement, et la fabrication (mazout, électricité, réactions chimiques). Pour en savoir plus : Béton, ciment et environnement.

Ses avantages

Cette solution convient aux sols terreux et sablonneux. Elle est plus rapide à mettre en oeuvre qu’une dalle béton, en toutes saisons et moins onéreuse. De plus, nous ne sommes pas tributaires de sous-traitant comme l’intervention d’un maçon et la livraison de béton par toupie.

Cette installation est donc démontable. Les vis de fondation peuvent être dévissées et le terrain ne sera pas impacté par le suiveur solaire 2 axes.

vis de fondation de longueur 1m20 pour fixer le mât du suiveur solaire
vis, longueur 1m20

Si une dalle de béton est déjà existante et que vous souhaitez installer votre suiveur solaire, il sera possible de le faire grâce aux 4 trous percés aux extrémités des branches de la croix. La fixation pourra alors se faire par des chevilles chimiques ou tout autre procédé adapté à cette dalle de béton.

Enfin, pour une installation réussie, nous devons être vigilant sur la disposition des vis de fondation sur le terrain et la mise à niveau de la croix. Un gabarit a été mis au point pour le positionnement des vis. Il est indispensable d’avoir un outillage spécifique comme un perforateur et une visseuse adéquat.

Le paquet européen vers une énergie propre

L’union européenne se positionne comme un acteur majeur pour combattre le réchauffement climatique. Pour aller vers une énergie décarbonée, l’UE a mis en place un paquet européen. C’est un ensemble de huit textes appelés : « Une énergie propre pour tous les européens ».

Un des objectifs est l’efficacité énergétique. L’axe de progrès ne se limite pas à réduire la consommation globale mais aussi à diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Pour ce faire il faut remplacer les énergies fossiles par des énergies propres.

L’écologie passe par les énergies renouvelables : l’énergie du soleil  comme le photovoltaïque, l’énergie éolienne, l’énergie géothermique ou encore hydraulique, devront avoir un taux égale à 32 dans la consommation finale d’ici à 2030. Nous devons alors reconsidérer nos habitudes telles que nos déplacements mais aussi travailler sur la performance énergétique de l’habitat.

Ce nouveau cadre législatif devrait être favorable à l’investissement privé comme public. La France a vu ses émissions de gaz à effet de serre augmentées depuis 2014, nous devons donc prendre une nouvelle orientation notamment sur le sujet de l’électricité propre. C’est alors que le sujet embarrassant du nucléaire réapparait, une énergie décarbonnée et peu couteuse mais qui constitue à long terme un problème de stockage des déchets.

Le nouveau paquet européen
Le nouveau paquet européen

Le nouveau paquet européen mise aussi sur nous, eco-citoyen. Les textes déclarent privilégier la production délocalisée et l’autoconsommation par les particuliers (produire son énergie grâce au soleil avec notre suiveur solaire par exemple).

Pour conclure, le cadre pour le climat et l’énergie à l’horizon 2030 a retenu trois grands projets pour 2030: diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 40 %, augmenter la part des énergies renouvelables, améliorer l’efficacité énergétique d’au moins 27 %.

Les énergies propres ont le vent en poupe !

D’après une étude menée par BloombergNEF (groupe financier américain spécialisé dans l’information économique) d’ici 2050 près de la moitié de l’électricité mondiale proviendra des énergies propres à savoir l’éolien, le solaire et les batteries thermiques, soit 7 fois plus qu’aujourd’hui.

Le besoin d’électricité à l’échelle mondiale à augmenter de 62%, en cause, les économies émergentes qui sont énergivores et la croissance de la demande d’électricité pour les systèmes de chauffage et de transport.

Actuellement, sur 70% de la planète, l’éolien et l’énergie solaire sont les moyens les moins onéreux de produire de l’électricité.  L’effet de ces changements de consommation sera notable sur la réduction de l’utilisation des énergies fossiles telles qu’une diminution de production de 25% de charbon. « D’ici 2030, l’énergie produite ou stockée et distribuée par ces trois technologies : les panneaux solaires photovoltaïques, les éoliennes et les batteries lithium-ion sera presque partout inférieure à l’électricité produite par les centrales à charbon et à gaz », a déclaré  Matthias Kimmel, analyste en chef de l’étude.

En fait, ce sont les subventions et les crédits d’impôt à l’investissement qui ont permis le développement de l’énergie verte. D’après BNEF c’est la réglementation qui serait le point d’orgue des gouvernements. Selon Elena Giannakopoulou, responsable de l’économie énergétique à la BNEF, des évolutions politiques seront indispensables, à savoir « la réforme des marchés de l’électricité pour s’assurer que l’éolien, le solaire et les batteries thermiques sont rémunérés correctement pour leurs contributions au réseau énergétique ».

Global power generation mix

Les énergies propres : Global power generation mix.
Source: BloombergNEF