Linky : le compteur d’énergie

Depuis 2015, c’est le réseau électrique de distribution France Enedis qui développe un nouveau compteur d’énergie communicant. Le Linky s’inscrit dans la loi relative à « la transition énergétique pour la croissance verte ». Dès lors, les gestionnaires des réseaux publics d’électricité auront l’obligation de mettre à disposition des consommateurs, des données de comptage issu du compteur d’énergie Linky. Chaque foyer en sera équipé d’ici 2021.

A quoi sert le compteur Linky ?

Ce système communicant permet, tout d’abord, d’informer sur le niveau de la consommation du foyer. Et ce, par des éléments de comparaisons issues des moyennes statistiques sur les consommations locales et nationales. Mais aussi d’identifier les consommations qui sont des sources potentielles d’économies. Par exemple sur les équipements électroménager, le ballon d’eau chaude ou encore la borne de recharge de véhicule.

De plus, le relevé automatique de la consommation évitera l’intervention physique d’un technicien. De même, les factures concerneront les consommations effectives et non plus estimées.

Par ailleurs, le Linky autorise plus aisément les changements de puissance ou de fournisseurs sans rendez-vous.

Linky : le compteur d'énergie intelligent
Linky le compteur d’énergie intelligent


Grâce au Linky l’offre tarifaire est mieux adaptée au foyer. Le déploiement du compteur permet à Enedis de proposer des offres individualisées (heures creuses, heures Week-end,…).

Au sens national, il permet de quantifier les volumes d’électricité produits par des installations privées. Tels que nos trackers solaires par exemple. Il aide à comptabiliser en temps réel les kilowattheures prélevés et injectés sur le réseau (un atout pour le développement de l’autoconsommation solaires photovoltaïques). A ce niveau, il aide aussi à l’accélération des diagnostics de dysfonctionnement et améliore le réseau électrique en limitant la durée des coupures. Ce compteur facilite aussi l’intégration des énergies renouvelables en contribuant à gérer l’intermittence de la production électrique.

Comment ?

L’installation du Linky est effectuée par zones. Se sont des techniciens d’entreprises privées sélectionnées par Enedis qui posent le compteur. Une intervention d’une trentaine de minute suffit pour l’installer.

Si vous souhaitez davantage d’information, nous vous invitons à consulter le site dédié au Linky.

La réglementation RT 2020 C’est quoi ?

La réglementation Thermique 2020 communément appelée la RT 2020 est une norme de type thermique permettant de réglementer et d’encadrer les bâtiments neufs. Elle est issue de la loi de transition énergétique, qui a entre autre pour but de diminuer l’apport en énergie fossile et d’augmenter l’apport en énergies renouvelables.

La réglementation RT 2020

Cette nouvelle norme, applicable à toute nouvelle construction, vise à construire deux types de bâtiments ou logements. Le premier est ce qu’on appelle  des Bâtis à Energie POSitive (BEPOS), c’est-à-dire qu’ils devront produire plus d’énergie (électrique ou thermique) qu’ils n’en consomment. Par conséquent, ils visent à diminuer leur consommation d’énergie non renouvelable. De plus, ils contribuent à la production locale d’électricité (c’est l’autoconsommation) et visent le zéro gaspillage énergétique.

BEPOS ou maison passive

Le deuxième type de bâtiment est la maisons passive. Elles n’a besoin que de très peu d’énergie pour fonctionner et elle sait recycler ce qu’elles produisent.

Quels sont critères concrets de la RT 2020 ?

Les critères à respecter pour prévaloir d’un bâti à énergie positive :

  • sa consommation totale d’énergie doit à inférieure à 100kwh/m²,
  • sa consommation de chauffage doit être inférieure à 12Kwhep/m²,
  • sa capacité à produire de l’énergie électrique ou thermique afin que le bilan énergétique sur les 5 postes utiles qui sont le chauffage, l’eau chaude,  les luminaires, la climatisation et les auxiliaires, soit positif.

Quelles sont les solutions ?

Pour atteindre cet objectif, les bâtiments à énergie positive, devront exploiter au maximum les énergies renouvelables. On aura donc recours à la production d’électricité, l’accumulation et la restitution de chaleur. De même, les techniques et les matériaux des professionnels du bâtiment devront être plus respectueux de l’environnement. Enfin,  une meilleure isolation,  quelle soit phonique ou thermique permettrait aussi de gagner en énergie.

Plusieurs facteurs convergent alors pour aboutir à la diminution de consommation d’énergie fossile et à la mise en avant d’énergie propre :

Premièrement par les équipements et/ou une conception architecturale. Par exemple, à la production d’électricité grâce à l’énergie solaire par un suiveur ou encore en utilisant d’autres parties de l’habitation (le toit, les fenêtres, les murs …)

Deuxièmement par les comportements éco-responsables,

Et troisièmement par une harmonie entre besoins et consommations réelles (cf. notre article sur les gestionnaires d’énergies).

A ce jour, il semblerait que l’application de la RT 2020 a été repoussée en 2021.

Les batteries d’accumulateurs

Dans cet article nous nous intéresserons à l’évolution des batteries d’accumulateurs. Ce sont un ensemble d’accumulateurs électriques reliés entre eux, de façon à créer un générateur électrique.

La tension (Volt) d’un générateur dépend du nombre d’accumulateurs mis en « série » et sa capacité (Ampère / heure) dépend du nombre de « série d’accumulateurs » mis en parallèle.

Par ailleurs, un accumulateur peut également être appelé « cellule ». Ce terme est employé en particulier pour les batteries au « lithium ».

Notation usuelle pour désigner le couplage des accumulateurs ou cellules :

  • 6 cellules en série, annoté : 6S
  • 2 cellules en parallèle, annoté : 2P
  • 2 blocs en parallèle de 6 cellules en série, annoté : 2P6S
  • Etc.

Les batteries d’accumulateurs sont rechargeables, contrairement aux « piles » qui ne le sont pas.

Les batteries d’accumulateurs permettent de stocker l’énergie électrique (charge) sous forme chimique et donc de la restituer (décharge) sous forme de courant continu de manière contrôlée.

Par exemple, les batteries permettent de stocker l’énergie non consommée produite par nos suiveurs solaires, installation réalisée pour l’autoconsommation et site isolés.

Batteries au plomb

C’est le Français Gaston Planté qui a inventé, en 1859, le premier système d’accumulateur rechargeable au plomb. C’est donc à lui que nous devons notre autonomie électrique embarquée ! 

Batterie au plomb ouverte

Batterie au plomb ouverte

Cette batterie peut fournir une forte intensité sur une courte période. Elle est idéale pour actionner un démarreur de moteur. Cependant l’évaporation, de l’électrolyte due à une température élevée de fonctionnement demande une surveillance importante de l’électrolyte.

Batterie au plomb fermée 

Batterie au plomb fermée

Sa conception a l’avantage de supprimer, pratiquement, la consommation d’eau. Elle est donc dite sans entretien.

Batterie au plomb AGM

L’électrolyte est “stabilisé” à l’intérieur du corps de la batterie par une sorte d’éponge en fibre de verre. De ce fait, la batterie est étanche et peut être montée dans toutes les directions.

Batterie au plomb gel et OPZV 

Batterie au plomb gel et OPZV 

Dans cette batterie, l’électrolyte est stocké sous forme de gel de silice. De même que la batterie AGM, elle est étanche. Les batteries OPZV sont constituées de cellules de 2,1 V de fortes capacités, permettant d’atteindre des puissances très importantes pouvant aller jusqu’à 3500 Ah, en 12 V, en branchant ensemble seulement 6 éléments ! Enfin, elles ont une durée de vie pouvant atteindre 20 ans et offrent un nombre de cycles élevé.

Batteries au nickel 

Batterie au nickel 

Ce type de batterie n’est pas, ou peu, utilisé pour le stockage des énergies renouvelables.

Batteries au Lithium 

C’est le «physico-chimiste» marocain,Rachid Yazami, qui est à l’origine de la batterie lithium-ion.

Batterie au Lithium 

Dans cet article nous ne parlerons que de la batterie lithium-ion, puisque c’est la plus utilisée actuellement pour le stockage de l’énergie électrique en autoconsommation.

En effet, c’est une nouvelle génération de batteries qui apporte de nombreux avantages par rapport aux autres types de batteries. Elles sont composées de cellules de 3,7 V assemblées entre elles pour réaliser différentes puissances et différentes tensions par le « jeu » séries / parallèles.

Par ailleurs on note des différences importantes par rapport aux batteries au plomb qui sont :

  • 6 000 cycles (charges et décharges à 80 %), durée de vie 20 ans.
  • Composition LiFeP04, longévité et sécurité exceptionnelles.
  • Stabilité de la tension jusqu’à la décharge complète.
  • Son poids par rapport à la capacité (moins de 100 Kg pour 10 KWh).
  • Son volume 77 x 49 x 22 cm pour 10 KWh.
  • Aucun effet mémoire.
  • BMS (Battery Management System) protection interne à la batterie.
  • Son recyclage : la SNAM est capable de recycler 80 % des batteries les 20 % restant sont brulés, « il reste 2 % qui sont enfouis ».

Pour conclure, les batteries au lithium sont particulièrement utilisées pour les installations photovoltaïques en autoconsommation. L’équipe Tournesol reste à votre disposition pour toutes questions complémentaires afin de vous apporter les solutions les plus adaptées à vos besoins.

Le soleil une source d’énergie

Le soleil est né il y a 4,6 milliards d’années. C’est l’étoile centrale du système solaire mais aussi la plus proche de la terre. Le soleil est une source d’énergie, elle est produite par une fusion nucléaire et cette production représente 386 millions de mégawatts. 

Le soleil est une source d'énergie indispensable
Le soleil

Le soleil à l’origine de la vie 

La lumière et la chaleur sont issues des rayonnements solaires. Les gaz à effet de serre (la vapeur d’eau, le méthane et le dioxyde de carbone) préservent une partie de ces rayonnements. C’est ainsi qu’est maintenue la quantité de chaleur essentielle à la vie.

C’est grâce à cet astre que la photosynthèse et la vie ont été possibles.

La photosynthèse : est le processus par lequel les plantes vertes absorbent le gaz carbonique de l’air et le transforme en oxygène, grâce à l’énergie lumineuse.

Le soleil une source d’énergie pour les Hommes

Les Hommes fabriquent de la vitamine D fournit par le soleil. Bien que ce soit la seule vitamine que l’on créer naturellement, celle-ci est indispensable à l’être humain puisqu’elle permet d’assimiler le calcium et le phosphore qui forment les os et les dents.

La solution des énergies renouvelables

En un an, le rayonnement solaire qui atteint la terre représente plus de 10 000 fois la consommation mondiale d’énergie.

A l’issue de la méthanisation d’êtres vivants et de plantes, c’est-à-dire morts et ensevelis dans le sol depuis des millions d’années on obtient les énergies fossiles : le pétrole, le gaz, et le charbon. Par conséquent, au vu de notre consommation grandissante d’énergie leurs gisements ne représentent que quelques dizaines d’années de réserve.

Les énergies renouvelables sont alors une des solutions pour pallier à ce phénomène. Il s’agit des énergies dérivées de processus naturels en perpétuel renouvellement. L’ énergie hydraulique, l’éolien, et le solaire photovoltaïque sont les énergies purement électriques.

Le soleil est une source d’énergie précieuse. C’est pourquoi, on développe fortement l’énergie solaire photovoltaïque. Il s’agit aujourd’hui, du type d’énergie qui a la croissance la plus élevée dans le monde. « Sa production a été multipliée par 9 depuis l’an 2000 ». (issue de www.ledeveloppementdurable.fr).

L’autoconsommation électrique

L’autoconsommation électrique est l’utilisation de sa propre production d’électricité. Nous nous intéresserons dans cet article à l’autoconsommation photovoltaïque. Selon une étude menée par Enedis, nous serions plusieurs millions concernés d’ici 2035.

Qu’est-ce que l’autoconsommation photovoltaïque?

C’est la consommation, sur place, de l’électricité produite à partir de l’énergie solaire issue de panneaux photovoltaïques. Grâce à ce type d’énergie abondant et « local », on peut réduire sa dépendance au réseau nationale d’électricité, et donc sa facture. Concrètement, les panneaux photovoltaïques sont raccordés à des onduleurs. Ils permettent de transformer le courant continu produit par ces panneaux en courant alternatif que l’on utilise chez soi. Puis le compteur Linky vous permettra de voir votre production et votre consommation.

Afin d’obtenir un rendement de production efficient, les panneaux photovoltaïques doivent pouvoir capter les rayons du soleil de manière optimum. Pour ce faire plusieurs critères doivent être pris en compte concernant les panneaux :

  • l’exposition (fuir le nord)
  • le dégagement (éviter toute zone d’ombre durant toute la course du soleil)
  • l’inclinaison (30°)
  • la propreté des panneaux (les salissures peuvent diminuer la production de 20%)

Les avantages de l’autoconsommation

Les avantages sont nombreux. Tout d’abord, la réduction de votre facture d’électricité. Par la consommation de votre propre énergie, la revente du surplus de votre production et votre consommation plus raisonnée. Cette pratique permet aussi d’utiliser une énergie renouvelable et locale. Il y a également un autre intérêt, qui est celui de la prime à l’autoconsommation. Vous bénéficierez aussi d’une installation à un taux de TVA à 10%. Et pour finir, moins de dépendance à un fournisseur d’électricité.

Comment bien auto-consommer ?

Le but est de synchroniser : production et consommation. Il faut alors modifier ses habitudes de manière à consommer au maximum dans la journée. Le recours à des gestionnaires d’énergie vous permettra de déclencher des éléments énergivores lorsque les panneaux photovoltaïques produiront.

Pour être encore plus autonome

Pour plus d’autonomie, vous pouvez compléter votre système avec des batteries.

Batterie au lithium pour autoconsommation

En effet, les batteries au lithium permettent d’accumuler le surplus d’énergie en journée, afin de l’utiliser en soirée ou lorsque les besoins en électricité sont plus élevés (éclairage, chauffage, cuisson…).

Ce système permet de pallier à certaines problématiques telles que des coupures d’électricité ou encore alimenter des sites isolés.

Le gestionnaire d’énergie photovoltaïque

Le gestionnaire d’énergie photovoltaïque est un appareil indispensable pour optimiser votre installation d’autoconsommation d’énergie photovoltaïque et votre suiveur solaire Tournesol.

Comme vous le savez, les panneaux photovoltaïques ont besoin d’ensoleillement pour produire de l’énergie. Cependant, l’énergie solaire n’étant pas disponible vingt-quatre heures sur vingt-quatre, vous pouvez disposer d’un système de stockage par des batteries au plomb ou encore au lithium. Cette solution, très utile, peut en l’occurrence faire gonfler le coût de votre installation. Dans certains cas l’électricité produite est réinjectée gratuitement sur le réseau ou revendue à un fournisseur d’énergie, à un tarif inférieur à votre tarif d’achat du kilowattheure.

Qu’est-ce qu’un gestionnaire d’énergie photovoltaïque ?

Afin de maximiser votre taux d’autoconsommation pendant les périodes de forte productivité d’énergie photovoltaïque, comme un ensoleillement maximum : les gestionnaires d’énergie photovoltaïque vont vous permettent de piloter votre installation électrique. La gestion sera automatique et à distance à l’aide d’applications smartphone, tablette …

Pour une maison intelligente 

Vous allez ainsi pouvoir enclencher votre production d’eau chaude, votre électroménager (four, lave linge, lave vaisselle…), votre pompe à chaleur. Ou encore la pompe de la piscine et n’importe quelle source d’énergie via une prise de courant électrique. Vous pourrez donc aussi enclencher le chargeur de votre voiture électrique par exemple.

Quels sont les gestionnaires d’énergie photovoltaïque présents sur le marché ?

Il existe de nombreux acteurs sur le marché des gestionnaires d’énergie renouvelable à des coûts très différents. De quelques centaines d’euros  pour les plus simples et à des tarifs plus élevés pour les plus sophistiqués.

Aujourd’hui, nous n’avons pas de partenariat privilégié avec ceux-ci donc nous vous avons préparé une liste non exhaustive des différents systèmes. Pour vous aider dans votre recherche et afin que vous puissiez vous faire votre propre idée. Sachez tout de même que simplicité est souvent gage d’efficacité et que tout dépendra aussi de la puissance crête installée de votre système photovoltaïque. Le but étant toujours le même: consommer un maximum de votre propre production d’électricité solaire.

Vous trouverez ci-dessous différents fabricants de gestionnaire d’énergie photovoltaïque spécialisés dans l’autoconsommation :

gestionnaire d'énergie photovoltaïque Elios4you.
Gestionnaire d’énergie photovoltaïque Elios4you
Gestionnaire d'énergie photovoltaïque de la marque Comwatt.
Le gestionnaire d’autoconsommation de chez Comwatt.

La mise en place et le raccordement des différents systèmes ci-dessus sont souvent relativement simples. Et elle ne nécessite pas forcément l’intervention d’un technicien. De plus, la plupart des modules sont équipés du wifi et les applications pour les piloter sont en général gratuites et sans abonnement.

Nous espérons que cet article aura pu vous aiguiller dans votre choix et les différentes possibilités d’installations que votre démarche soit écologique ou et économique.

L’équipe Tournesol reste à votre disposition pour toutes questions complémentaires afin de vous apporter les solutions les plus adaptées à vos besoins.

Le salon de l’habitat des Herbiers (85500) c’est bientôt !

L’équipe Tournesol aura le plaisir de vous accueillir au salon de l’habitat & déco des Herbiers (Parc des expositions « Les ateliers ») du 14 février au 16 février 2020.

Salon de l'habitat des Herbiers du 14 au 16 février 2020.
Salon de l’habitat des Herbiers 2020

Venez découvrir sur le stand, notre Tournesol, suiveur solaire 2 axes 4 panneaux photovoltaïques, grandeur nature! Nous serons à votre disposition pour discuter de votre projet d’autoconsommation. Nous nous ferons un plaisir de répondre à vos questions d’ordre techniques sur les suiveurs solaires à savoir : l’ installation, la production, le fonctionnement, l’entretien, le coût, la différence entre Tournesol et des panneaux fixes sur un toit…Mais aussi vous orienter sur une solution adaptée de production d’énergie verte.

Le salon sera aussi l’occasion d’y découvrir des ateliers: cuisine et bien-être. Parmi la centaine d’exposants vous trouverez tout pour votre aménagement intérieur : ameublement, décoration, …et pour vos projets de construction ou rénovation.

L’entrée est gratuite. Nous vous accueillerons dès le vendredi 14 février 2020 à 14h00 jusqu’à 19H00. Puis le samedi 15 et le dimanche 16 février de 10h00 à 19h00.

Rendez-vous au stand 64/65 !

Les panneaux photovoltaïques

Qu’est ce qu’un panneau photovoltaïque ?

Un panneau photovoltaïque est un assemblage de cellules photovoltaïques

Les panneaux photovoltaïques sont un assemblage de cellules photovoltaïques. Le composant principal est le silicium (extrait de la silice, très présente sur la planète). Deux électrodes sont positionnées de part et d’autre de ce silicium.

Silicium présent dans les cellules des panneaux photovoltaïques
Silicium présent dans les cellules des panneaux photovoltaïques

C’est Charles FRITTS, en 1883, qui a fabriqué la première cellule photovoltaïque. Il utilisait l’or et le sélénium (matériaux très coûteux). Le rendement était inférieur à 1%  !

Les deux principaux types de cellules photovoltaïques 

Premièrement, la cellule monocristalline est la plus performante (14 à 19%), de couleur foncée presque noire, la mieux adaptée aux rayonnements directs de la lumière et du soleil, mais plus onéreuse.

Panneau photovoltaïque composé de cellules monocristalline
Panneau photovoltaïque composé de cellules monocristalline

Deuxièmement, la cellule polycristalline. Elle est de couleur bleue et a un rendement moins bon que la cellule monocristalline. Elle est bien adaptée à la lumière ambiante et à une orientation imparfaite, elle est moins onéreuse que la cellule monocristalline.

Pour nos trackers solaires deux axes 4 panneaux et deux axes 15 panneaux, nous avons choisi les panneaux monocristallins

Ces cellules sont assemblées en panneaux de différentes puissances et de différentes tailles. Aujourd’hui, un panneau « standard » a une dimension d’1,69 mètre x 0,98 mètre. Il est composé de 60 cellules et a une puissance de 300 Wc. Cependant, ce standard évolue vers des panneaux légèrement plus larges (1,046 mètres) dû à l’augmentation de leur puissance et du nombre de cellules (72 au lieu de 60). Nous commençons à trouver, chez les fabricants, des panneaux photovoltaïques d’une puissance  supérieure à 300 Wc, voire 360 Wc.

Le coût d’un panneau photovoltaïque est non négligeable, d’ailleurs, plus il est important plus il sera performant et sa durée de vie sera longue, supérieur à 30 ans… Ensuite, l’énergie fournit sera gratuite, sans maintenance  et sans pollution… Ceux qui participent à cet effort ont une démarche écologique et responsable pour la planète !

Le fonctionnement des panneaux photovoltaïques 

Les cellules photovoltaïques exposées au rayonnement solaire produisent de l’électricité, la production est proportionnelle à la puissance lumineuse et à l’ensoleillement.

Alors pour adapter la production d’énergie électrique à vos besoins, il suffit d’augmenter le nombre de panneaux photovoltaïques.

Par exemple :

Si la puissance nécessaire à vos besoins est de 6 000 Wc (6 KWc) vous devez installer, sur votre toit, 20 panneaux de 300Wc, soit environ une surface photovoltaïque de 35 m².

L’utilisation d’un tracker solaire (ou suiveur solaire) de 15 panneaux photovoltaïques peut également couvrir le besoin ci-dessus :

Suiveur solaire de 15 panneaux photovoltaïques.
Suiveur solaire de 15 panneaux photovoltaïques.

15 panneaux photovoltaïques de 300 Wc plus 40% de production grâce au suivi du soleil, cela donne une puissance totale de 6 300 Wc  soit une puissance supérieure de 300 Wc, avec 5 panneaux en moins.

Puis, le courant produit par les panneaux est du courant continu. Suivant l’installation, la tension de sortie peut être de 12 V, 24V ou 48 V. Enfin, pour obtenir ces différentes tensions, il faut « jouer » sur la mise en parallèle et la mise en série des panneaux photovoltaïques.

Enfin, le réseau électrique Français est en courant alternatif de 230 Volt, pour brancher les panneaux photovoltaïques sur le réseau, il faut utiliser un onduleur ou micro-onduleur qui transformera le courant continu en courant alternatif en 230 V.

Le recyclage des panneaux photovoltaïques 

Le photovoltaïque, une énergie pas si verte que ça ? FAUX. Aujourd’hui il faut moins de 2 ans à un panneau photovoltaïque pour restituer l’énergie qui a été utile  à  sa fabrication.

Durant  ces dernières années, la filière du photovoltaïque a beaucoup progressée en ce qui concerne le recyclage. Certains panneaux, appelés silicium cristallin, sont même recyclable à 100% !

En Juillet 2018, l’usine du Rousset, qui fait partie du groupe Veolia, est la première du genre en Europe. C’est au sein de cette infrastructure, basée près d’Aix en Provence, qu’on recycle aujourd’hui tous les panneaux photovoltaïques. Auparavant ils étaient envoyés en Belgique.

La première usine de recyclage de panneaux photovoltaïques en Europe.
La première usine de recyclage de panneaux photovoltaïques en Europe.

Comme nous l’avons décrit plus haut, différents matériaux composent les panneaux photovoltaïques, et ils sont recyclables (le cadre en aluminium, le boitier électrique, les câbles en cuivre, le verre, le plastique, les cellules). Une fois purifié le silicium sert de silicium métal. Puis on obtient de la laine de verre ou de l’abrasif grâce au fer contenu dans le verre solaire.

En 2017, cette usine a récoltée près de 2400 tonnes de panneaux solaire. Une fois pesé le panneau subit un décadrage : on lui retire alors son cadre en aluminium, son boitier électrique et ses câbles. Puis, le panneau est débité en petite tablette. Enfin, les différents éléments sont triés, on extrait alors les métaux, un tri optique est réalisé ce qui permet d’obtenir un verre pur.

Pour résumer, le recyclage des panneaux photovoltaïques permet de récupérer 75% du verre, 10% de plastique et 10% du silicium et des métaux, soit près de 95%.

Avantages des panneaux photovoltaïques sur un suiveur solaire 2 axes

Intéressons nous aux 3 dispositifs d’installation des panneaux photovoltaïques: tout d’abord sur une toiture, puis positionnés au sol et enfin disposés sur un suiveur solaire 2 axes (appelé aussi tracker solaire ou solar tracker).

Les panneaux photovoltaïques sur une toiture 

  • les panneaux n’ont pas toujours une bonne orientation, la maison est souvent déjà construite et le toit peut ne pas avoir la meilleure exposition (face au sud) ni la meilleure pente (l’inclinaison doit idéalement être de 30°). Il est relativement aisé d’augmenter la pente mais impossible de la diminuer !
  • l’espace entre la toiture et les panneaux est faible, quelques centimètres (hauteur du profilé support de panneaux). Par forte chaleur, la ventilation n’étant pas suffisante, l’augmentation de la température crée une perte de production importante : 0,5% par degré au-dessus de 25°. Soit pour une température de 85° une perte de 30% de production. Cette température est facilement atteinte dès 30 à 35° voir « energiedouce.com ».
  • Les zones d’ombres ne peuvent pas être facilement maîtrisées : grands arbres à proximité, poteaux électrique / téléphonique etc.
Panneaux photovoltaïques installés sur le toit d'une maison individuelle
Panneaux photovoltaïques installés sur le toit d’une maison individuelle
  • Les personnes électro-sensibles peuvent être gênées par les ondes électromagnétiques, produites par les panneaux photovoltaïques installés au-dessus des pièces de vie.

Les panneaux photovoltaïques au sol

  • Facilité du choix de l’orientation (180°).
  • Possibilité de régler manuellement l’inclinaison suivant les saisons.
  • Meilleur ventilation, par rapport à une installation sur un toit.
  • Pas de gêne avec les ondes électromagnétiques.
  • Zones d’ombres plus facilement maîtrisées, choix de l’emplacement.

Les panneaux photovoltaïques sur un suiveur solaire deux axes 

4 panneaux photovoltaïques positionnés sur un suiveur solaire 2 axes
4 panneaux photovoltaïques positionnés sur un suiveur solaire 2 axes
  • Les panneaux photovoltaïques suivent le soleil en permanence avec un angle de 90°, pour un maximum de rendement. Voir notre vidéo de la course du soleil.
  • Augmentation de la production de 40 à 60 % suivant les saisons.
  • Aucun problème de ventilation !
  • Choix de son emplacement pour éviter les zones d’ombres.
  • Les ondes électromagnétiques restent loin des habitations.
  • Si le sol le permet, la dalle béton est remplacée par une croix en acier inoxydable fixée sur cinq vis de fondation. La force à l’arrachement, par vis, dans un sol terreux est de 3 tonnes.
Croix inox maintenue par des vis pour installer un suiveur solaire 2 axes
Croix inox maintenue par des vis pour installer un suiveur solaire 2 axes
  • L’été, par un beau soleil et une forte température, le gain de production peut atteindre 90%, de plus que des panneaux photovoltaïques installés sur un toit.

Article rédigé par Serge TOUBLAN

2020 : 40 nouveaux modèles de voitures électriques

Pour rester dans la compétition, les constructeurs n’ont pas d’autres choix que de présenter de nouveaux modèles de voitures électriques. Si quelques unes suffisaient à contenter les 31 000 acquéreurs de ce type de voiture en 2018, il en est autrement aujourd’hui. En France, sur les 11 premiers mois de l’année 2019, les véhicules électriques n’ont représentés qu’un peu moins de 2% des ventes de voitures neuves. Cependant, sur le premier semestre 2019 la part de marché des voitures électrique a progressée de 46%.  Les demandes accroissent et les offres se multiplient. Elles s’adressent à un public plus large, les looks sont plus travaillés et ressemblent aux véhicules thermiques. Enfin, l’autonomie devient plus grande et suffisante pour les trajets quotidiens.

Les voitures électriques attendues en 2020

Les citadines

La Peugeot e-208, l’Opel corsa e, la Renault Zoé, l’Honda e, la Mercedes EQA, la Mini Cooper SE, la Seat Mii Electric, la Skoda CITIGO e iV et la Volkswagen e-Up!.

Nouvelle voiture électrique chez Fiat. La version de la Fiat 500 électrique : 200 km d'autonomie, capacité de la batterie 30 kWh, à partir de 25000€.
Nouvelle voiture électrique chez Fiat. La nouvelle version de la Fiat 500 électrique : 200 km d’autonomie, capacité de la batterie 30 kWh, à partir de 25000€.

Les berlines

La Citroën C4 Avarvarii, la Hyundai IONIQ Electric, la Nissan Leaf et la Seat El-Born.

Les SUV

Le Peugeot e-2008, l’Opel Mokka-x-e, le BMW iX3, le Tesla Roadster, le DS3 Crossback E-Tense, l’Audi e-tron, le Ford Mustang Mach-E, le Mazda MX-30, le MG ZS EV, le Skoda Vision iV et le Volkswagen ID Crozz.

Nouveau modèle de voiture électrique chez Peugeot. Avec les mêmes éléments techniques que la Peugeot 2008, le Peugeot e-2008 se présente sous un SUV: 310 km d'autonomie, capacité de batterie de 50kWh, à partir de 38 000 €.
Un nouveau modèle électrique de chez Peugeot. Avec les mêmes éléments techniques que la Peugeot 2008, le Peugeot e-2008 se présente sous un SUV: 310 km d’autonomie, capacité de batterie de 50kWh, à partir de 38 000 €.

Les prestiges

L’Aston Martin Rapide E (future voiture de James Bond) , la Mercedes Van EQV, la Porsche Taycan, le Volvo Polestar, la BMW S et le Volvo XC40.

Nouveau modèle de voiture électrique chez Audi. Avec une longueur de 4,59 m, il vient se placer entre le Q3 et le Q5 de la gamme actuelle : 425 Km d'autonomie, 83kwh de capacité de batterie, à partir de 60 000€.
Un des nouveaux modèles électrique de chez Audi. Avec une longueur de 4,59 m, il vient se placer entre le Q3 et le Q5 de la gamme actuelle : 425 Km d’autonomie, 83kwh de capacité de batterie, à partir de 60 000€.

L’autonomie des voitures électriques

L’autonomie d’une voiture électrique qui est homologuée est mentionnée par « WLTP ». C’est-à-dire Worldwide harmoniezd Light vehicles Test Procedures (ces tests révèlent la consommation et l’autonomie). Si le sigle WLTP n’apparait pas, l’autonomie est indiquée avec la mention « estimation ».

Le coût des automobiles électriques versus automobiles thermiques

Aujourd’hui un véhicule électrique reste plus onéreux à l’achat qu’un véhicule thermique mais à l’usage c’est bel et bien les électriques qui l’emportent ! En effet, l’électricité est moins taxée et moins chère que le diesel ou l’essence.

« D’après nos mesures ISO 9001, malgré ses 204 ch, un Kona Electric vous coûtera à peine plus de 2,5 € tous les 100 km, au lieu de 8,5 € pour une version diesel 115 ch ou 11,5 € avec le trois-cylindres turbo-essence de 120 ch« . 

Automobile magazine

De plus, n’oublions pas que l’entretien d’une voiture électrique est beaucoup moins coûteux.

La recharge des voitures électriques, où ça se passe ?

Recharger sa voiture électrique à domicile 

95% des utilisateurs de voitures électriques la rechargent à domicile. Il existe deux modes de recharge chez soi, à l’aide d’une prise standard ou avec une wallbox. Sur une prise domestique standard il suffit de brancher le câble fourni avec la voiture. Avec cette option, qui est la plus économique, il est conseillé de faire vérifier son installation électrique par un professionnel pour éviter tout risque d’échauffement. En effet, un courant continue sera sollicité pour recharger votre voiture durant de longues heures. Cependant, une grande majorité des constructeurs recommandent d’utiliser une wallbox. Celle-ci permet une charge plus rapide, grâce à un courant de 16A contre 8 à 10 pour la prise standard. La recharge serait donc plus sécurisée. Pour vous équiper il vous faudra débourser entre 500 € et 1200 €.

La recharge de votre voiture électrique peut également se faire par une solution propre, l’énergie solaire par exemple. Tournesol notre suiveur solaire vous permettra de recharger en partie la batterie de votre voiture. Et donc de réaliser des économies tout en préservant notre planète.

Recharger sur les bornes publiques 

L’application mobile ChargeMap répertorie toutes les bornes publiques. Ce mode de recharge représente  5% à 10 %. Pour la majorité de ces bornes elles sont accessibles grâce à une carte préalablement demandées aux collectivités ou commerces.

Le bonus écologique à l’achat de voitures électriques

Les nouveaux plafonds du bonus écologique seront applicables à partir du 1er janvier 2020. Ces aides seront fixées en fonction du prix de vente des automobiles électriques. Les modèles haut de gamme, supérieur à 60 000 € ne seront pas concernées par une aide financière.

Les acheteurs de véhicules électriques compris entre 45 000 € et 60 000 € se verront diminuer de moitié l’aide attribuée.

Enfin, la subvention de 6 000 € distribuée aux acquéreurs de voitures de moins de 45 000 € est maintenue. Ce qui signifie que la Leaf de chez Nissan ou la Zoe (les modèles les plus vendus aujourd’hui) restent concernés par le bonus à l’achat.

Alors, êtes-vous prêt à participer à la révolution verte ?