De panneaux photovoltaïques dans l’espace !

Le soleil est une source inépuisable d’énergie et qui plus est une énergie propre. . L’Académie Chinoise de Technologie Spatiale a imaginée mettre en orbite autour de la terre 6 centrales de panneaux photovoltaïques. Leur projet futuriste verrait le jour en 2035.

La centrale solaire

Installée à 36 000 km du sol terrestre, chaque centrale produirait 5 gigawatt. C’est la capacité de production pour alimenter une ville d’un million d’habitants. Il serait donc nécessaire d’installer 5 à 6 Km² de panneaux photovoltaïques. La centrale captera l’énergie solaire qui se perd avant d’arriver sur la surface de la terre.

De l’énergie solaire captée par des panneaux photovoltaïques positionnés dans l’espace, envoyée sur terre pour être transformée en électricité.

Comment sera envoyée l’énergie ?

L’énergie sera alors transformée en laser ou micro-ondes puis transmise directement sur notre planète. Des stations terrestres seront équipées d’antennes qui recevront cette énergie pour la transformer en électricité. La centrale pivoterait à la même vitesse que la terre et restera donc au-dessus d’une même zone.

Un énergie efficace et durable

La Chine a du chemin à faire concernant sa manière de consommer puisque aujourd’hui  80% de sa production d’électricité est issue du charbon.

« L’énergie solaire spatiale sera plus efficace et durable, permettant d’apporter une solution d’approvisionnement énergétique fiable pour les satellites et les zones touchées par une catastrophe ou les zones isolées sur la Terre ».

M.Wang Li chercheur de l’Académie Chinoise de Technologie Spatiale.

Des tests pour valider le projet

Pour la recherche sur la transmission d’énergie sans fil, la Chine développe une base d’essai à Bishan, situé dans le sud-ouest. On y étudiera également, l’impact sur l’environnement de ce nouveau procédé de diffusion. Les chercheurs travaillent aussi, sur un moyen d’envoyer dans l’espace tous ces panneaux photovoltaïques puisqu’ils représentent 10 000 tonnes, soit un poids de 25 fois supérieur à la station spatiale internationale.

C’est peut-être grâce à l’impression 3D et à un système robotique que la station pourra voir le jour. Afin de confirmer des choix, dès 2021, des petites centrales solaires pourraient être envoyées dans l’espace.

Un pas de plus vers l’écologie !

La société Tournesol étudie le remplacement de la dalle béton, permettant la fixation du mât portant les 4 panneaux solaires, par une croix en acier inoxydable. Cette dernière est fixée sur 5 vis de fondation d’un diamètre de 90 mm et d’une longueur de 1 250 mm « vissées » dans le sol. Cette croix est constituée de quatre branches d’une longueur de 900 mm chacune, sur lesquelles viennent se fixer le mât de notre suiveur solaire « Tournesol ».

Croix en acier inoxydable
Croix en Acier inoxydable
Mât installé sur la croix
Mât installé sur la croix

Ce système est plus écologique que la dalle béton. En effet, il faut prendre en compte l’empreinte écologique du béton c’est à dire son émission de CO2 par l’acheminement, et la fabrication (mazout, électricité, réactions chimiques). Pour en savoir plus : Béton, ciment et environnement.

Cette solution convient aux sols terreux et sablonneux, elle est plus rapide à mettre en oeuvre qu’une dalle béton, en toutes saisons et moins onéreuse. De plus, nous ne sommes pas tributaires de sous-traitant comme l’intervention d’un maçon et la livraison de béton par toupie.

Cette installation est donc démontable, les vis de fondation peuvent être dévissées et le terrain ne sera pas impacté par le suiveur solaire 2 axes.

vis de fondation de longueur 1m20 pour fixer le mât du suiveur solaire
vis, longueur 1m20

Si une dalle de béton est déjà existante et que vous souhaitez installer votre suiveur solaire « Tournesol », il sera possible de le faire grâce aux 4 trous percés aux extrémités des branches de la croix. La fixation pourra se faire par des chevilles chimiques ou tout autre procédé adapté à cette dalle de béton.

Enfin, pour une installation réussie, nous devons être vigilant sur la disposition des vis de fondation sur le terrain et la mise à niveau de la croix. Un gabarit a été mis au point pour le positionnement des vis. Il est indispensable d’avoir un outillage spécifique comme un perforateur et une visseuse adéquat.

Le paquet européen vers une énergie propre

L’union européenne se positionne comme un acteur majeur pour combattre le réchauffement climatique. Pour aller vers une énergie décarbonée, l’UE a mis en place un paquet européen, un ensemble de huit textes appelés : « Une énergie propre pour tous les européens ».

Un des objectifs est l’efficacité énergétique : l’axe de progrès ne se limite pas à réduire la consommation globale mais aussi à diminuer les émissions de gaz à effet de serre, en remplaçant les énergies fossiles par des énergies propres.

L’écologie passe par les énergies renouvelables : l’énergie du soleil  comme le photovoltaïque, l’énergie éolienne, l’énergie géothermique ou encore hydraulique, devront avoir un taux égale à 32 dans la consommation finale d’ici à 2030. Nous devons alors reconsidérer nos habitudes telles que nos déplacements mais aussi travailler sur la performance énergétique de l’habitat.

Ce nouveau cadre législatif devrait être favorable à l’investissement privé comme public. La France a vu ses émissions de gaz à effet de serre augmentées depuis 2014, nous devons donc prendre une nouvelle orientation notamment sur le sujet de l’électricité propre. C’est alors que le sujet embarrassant du nucléaire réapparait, une énergie décarbonnée et peu couteuse mais qui constitue à long terme un problème de stockage des déchets.

Le nouveau paquet européen mise aussi sur nous, eco-citoyen. Les textes déclarent privilégier la production délocalisée et l’autoconsommation par les particuliers (produire son énergie grâce au soleil avec notre suiveur solaire par exemple).

Pour conclure, le cadre pour le climat et l’énergie à l’horizon 2030 a retenu trois grands projets pour 2030: diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 40 %, augmenter la part des énergies renouvelables, améliorer l’efficacité énergétique d’au moins 27 %.

L’énergie verte a le vent en poupe !

D’après une étude menée par BloombergNEF (groupe financier américain spécialisé dans l’information économique) d’ici 2050 près de la moitié de l’électricité mondiale proviendra des énergies propres à savoir l’éolien, le solaire et les batteries thermiques, soit 7 fois plus qu’aujourd’hui.

Le besoin d’électricité à l’échelle mondiale à augmenter de 62%, en cause, les économies émergentes qui sont énergivores et la croissance de la demande d’électricité pour les systèmes de chauffage et de transport.

Actuellement, sur 70% de la planète, l’éolien et l’énergie solaire sont les moyens les moins onéreux de produire de l’électricité.  L’effet de ces changements de consommation sera notable sur la réduction de l’utilisation des énergies fossiles telles qu’une diminution de production de 25% de charbon. « D’ici 2030, l’énergie produite ou stockée et distribuée par ces trois technologies : les panneaux solaires photovoltaïques, les éoliennes et les batteries lithium-ion sera presque partout inférieure à l’électricité produite par les centrales à charbon et à gaz », a déclaré  Matthias Kimmel, analyste en chef de l’étude.

Ce sont les subventions et les crédits d’impôt à l’investissement qui ont permis le développement de l’énergie verte, d’après BNEF c’est la réglementation qui serait le point d’orgue des gouvernements. Selon Elena Giannakopoulou, responsable de l’économie énergétique à la BNEF, des évolutions politiques seront indispensables, à savoir « la réforme des marchés de l’électricité pour s’assurer que l’éolien, le solaire et les batteries thermiques sont rémunérés correctement pour leurs contributions au réseau énergétique ».

Global power generation mix

Global power generation mix
Source: BloombergNEF

Le Vendée Energie Tour a fait escale à Coëx pour découvrir notre suiveur solaire !

Du 3 au 8 juin 2019 a eu lieu la 6ème édition du Vendée Energie Tour. Il a pour objectif de promouvoir la mobilité durable, les carburants alternatifs, les déplacements doux et les énergies renouvelables. Chaque année, il est organisé par le SyDEV (Syndicat Départemental d’Energie et d’équipement de la Vendée) avec le soutien du Conseil Départemental de la Vendée et des collectivités locales qui accueillent l’événement.

Cette manifestation s’est déroulée en plusieurs événements majeurs : 

  • une rencontre avec des propriétaires de véhicules électriques aux Brouzils ;
  • une journée mobilité durable à Fontenay-le-Comte où entreprises et collectivités ont pu échanger sur ce thème et pour l’illustrer des véhicules électrique et bio-GNV ont été présentés ;
  • une soirée cinéma-débat à la Ferrière animée par un spécialiste des raids en véhicules électriques (Atypik Travel Organisation) ;
  • l’inauguration de la 2ème station GNV au Vendéopôle des Essarts ;
  • la fête de la mobilité durable à La Roche/Yon ;
  • le rallye des ambassadeurs et des initiatives durables.
30 voitures électriques sont venues visiter notre suiveur solaire « TOURNESOL ».

Ces ambassadeurs possèdent un véhicule électrique, gaz ou hydrogène et ont parcouru un circuit de 120 kilomètres à partir de la Roche-sur-Yon. Le rallye était découpé en plusieurs étapes pour permettre aux équipages de visiter des projets sur le thème du développement durable. Nous avons donc eu le plaisir d’accueillir 2 groupes d’ambassadeurs sur notre site « tournesol » à Coëx.

Tournesol : la solution aux problèmes d’électrosensibilité

L’électro sensibilité est une maladie qui serait due à l’émission d’ondes électromagnétiques et se manifesterait sous différentes formes.
On parle aussi d’électro-hypersensibilité (EHS), ou de syndrome d’intolérance aux champs électro-magnétiques (SICEM).

Face à l’électrosensibilité, comment profiter de l’énergie photovoltaïque en toute sécurité ?

Continuer la lecture de « Tournesol : la solution aux problèmes d’électrosensibilité »

Nouveau produit : suiveur solaire de petite capacité Tournesol

Suiveur solaire Tournesol : le panneau solaire de petite capacité, adapté aux maisons individuelles et pavillons

Les suiveurs solaires (aussi appelés trackers) existent depuis quelques années. Réservés aux sites industriels et agricoles, avec une capacité de production importante, ils ne sont pas adaptés à la production photovoltaïque des particuliers. En effet, leur production d’électricité sont en moyenne de 5 et 15 KWh (pour 15 à 50 panneaux), voir davantage. C’est pourquoi nous avons décidé de proposer aux ménages un suiveur solaire adapté à la consommation énergétique d’une maison d’habitation.

Continuer la lecture de « Nouveau produit : suiveur solaire de petite capacité Tournesol »